Comme tous les jours, cette envie d’écrire me dicte de mettre des mots sur cette actualité. Ce matin, je ne veux rien commenter. Je pourrais être des plus stricte, édicter une loi contre le chômage, mettre en place une vindicte publique… Ce serait déjà de trop, et puis vous savez, je ne connais même pas de Bénédicte…

image

Advertisements