Tout le monde se congratule pour se souhaiter la bonne année, qu’elle soit bonne, pleine de santé et de bonheur… Mais est-ce réellement aussi simple ? Bien entendu, je rentre dans ce moule car j’ai même été le premier à le faire. Mais que puis-je vous souhaiter ? Avoir une année douce, que vous puissiez profiter de chaque instant qui vous est donné. Souriez de ces instants qui sont si chers. Pour certains, cette année s’annonce difficile, difficile dans la maladie mais aussi dans l’espoir de se battre et ça c’est plus important, car la vie n’a pas de prix, et ça je penserai bien à eux. Ayez des rêves, des envies et des projets, aussi petits soient-ils, il n’y a pas de petites réalisations. Je dois être dupe, candide. Peut-être même que je  dispose du syndrome dit du bisounours. J’aime à espérer que ce monde peut être meilleur et qu’il peut changer. Changer, cela semble un gros mot… On nous bassine depuis la COP21 sur le changement climatique, un effet de mode ou des décisions qui ne changeront pas la donne encore cette année. Pourquoi ? L’homme se croit au-dessus de tout depuis des décennies, mais la nature est de loin la plus forte, et ça ne l’oubliez jamais… Au quotidien, vous pouvez changer les choses, et il ne faut pas être écolo pour le faire ou le revendiquer. Ce n’est pas la peine de se mettre à la mode du changement climatique. Il suffit juste de changer quelques habitudes, même s’il semble que ce soit très compliqué… L’essentiel peut être également dans le partage, dans l’échange et le développement de l’autre. J’aimerai vous parler de politique, mais est-ce bien la peine, rien ne semble vraiment changer… Vous n’avez pas complètement tort, mais ne vous laissez pas aller vers les extrêmes non plus, la solution est certainement ailleurs mais l’alternative n’existe pas vraiment. Dans un combat partisan où règne la politique du clan, la réussite d’une politique digne de relancer un pays en pleine débâcle semble bien loin de pointer son nez… Une fatalité ? Non !!! Pourtant ce pays dispose de ressources énormes… Lesquelles ? Celles de son peuple ! Mais le débat semble bien trop long pour m’y arrêter quelques instants… Enfin, j’espère que vous garderez tous votre job et que vous pourrez profiter de quelques petits extras, un simple verre ou un simple petit restaurant… alors oui, je vous souhaite une belle année en espérant vous voir tous au moins une fois au cours de ces 365 prochains jours…

photo (62)

Advertisements